Pêche sur glace dans le Vieux-Montréal

Pêche sur glace dans le Vieux-Montréal

  Par Marie-Pierre Gadoua, médiatrice

Pour nous médiateurs, les ateliers idAction sont une éternelle boîte à surprises, une grande source de défis et apprentissages tant du point de vue humain que professionnel. La semaine dernière, je crois que nous avons atteint des sommets dans ce domaine, avec un atelier de médiation intellectuelle et culturelle autour d’une partie de pêche sur glace avec des Inuit en milieu urbain.

Depuis octobre 2014, nous organisons des ateliers idAction au Module du Nord Québécois (MNQ). Les participants sont des Inuit du Nunavik en visite médicale à Montréal, et nos ateliers visent à faciliter leur inclusion sociale lors de leur séjour. Même s’ils connaissent la ville, même s’ils y sont déjà venus plus d’une fois, les résidents du MNQ ne trouvent pas toujours leur compte dans la grande ville. En séjour obligé pour des raisons de santé, ils attendent patiemment leur retour à la maison, à leur vie familiale et communautaire, aux grands espaces du Nunavik, la mer, les rivières, les lacs, les montagnes, la toundra… la chasse et la pêche. Mais Montréal n’est-elle pas une île dont l’occupation fut, pour la plus longue période de son histoire, celle des autochtones à des fins de pêche sur le fleuve Saint-Laurent? Nous, Montréalais, semblons l’ignorer ou du moins, l’avoir oublié.  

« Nous étions préparées à apprendre lors de cette sortie »

C’est avec ces idées en tête que nous avons organisé un après-midi de pêche blanche dans le Vieux-Montréal avec des résidents du Module du Nord. Découvrir Montréal autrement, prendre l’air, échanger, avoir du plaisir en discutant… et en pêchant la truite mouchetée.

Avec mes collègues médiatrices, nous étions préparées à apprendre lors de cette sortie. Première leçon : chez les Inuit, la pêche est autant (sinon plus) une affaire de femmes que d’hommes. La majorité des participants à notre sortie furent donc des participantes. Marie-Paule Grimaldi, médiatrice, raconte : « Il y a eu un très beau moment au début, quand le garçon [le seul participant masculin, un jeune homme dans la début vingtaine] a insisté pour que Sarah [une aînée] commence la pêche. On la regardait faire, et il y a eu comme un petit moment de sacré empreint de respect pour elle, en silence et en attention. »  

La belle prise! (c) Exeko

Nous avons appris qu’il ne faut pas remettre le poisson pêché à l’eau, sous peine de ne plus en attraper de la journée. À la façon typiquement inuite d’enseigner les choses de la vie aux plus jeunes, Sarah (l’aînée du groupe) nous a laissé expérimenter, faire notre erreur et en subir les conséquences avant de nous dire plus tard : « Vous n’auriez pas dû le remettre à l’eau. C’est pour ça qu’on n’attrape plus rien. ». J’ai demandé alors « Pourquoi exactement? ». Pour seule réponse de sa part : un regard appuyé, bienveillant, mais un tantinet intimidant. Ce regard m’a poussé à réfléchir moi-même à la réponse. Sans doute une question de respect envers le poisson. Il aurait fallu le manger, car c’est une façon de l’honorer. Il s’est donné à nous, ce poisson, et nous lui avons manqué de respect en le rejetant. Le jeune participant inuit a parlé poésie avec Marie-Paule (les deux se sont découvert une passion et une pratique en commun) et a enseigné une chanson traditionnelle en Inuktitut à Alexandra. Ensemble, tout en pêchant, nous avons aussi visionné des vidéos filmées plus tôt cette semaine-là au Centre d’amitié autochtone de Montréal (CAAM) pour un projet avec idAction mobile, et mettant en vedette des chanteuses de gorges du Nunavik, un danseur/percussionniste du Nunavut, et un groupe de percussionnistes mixte (Premières Nations et Inuit). Ce fut une belle découverte pour ces participants de voir que de telles prestations artistiques et musicales autochtones avaient lieu régulièrement à Montréal.  

Complicité entre Iqiquq et Marie-Paule (c) Exeko

À la fin de la journée, toutes les participantes et le participant nous ont dit à quel point c'était apprécié, que ce fut bon de sortir, de vivre quelque chose de positif à Montréal. Une des femmes nous a confié qu'elle ne comprenait pas que les résidents qui ont hésité à se joindre à nous se soient privés de passer un si bon moment. Nous parlons alors de toutes les autres sorties qu'il serait intéressant de faire (tout ce qui touche la nature et le hockey!) et à quel point il est important de profiter du séjour à Montréal pour tirer avantage de la ville.

Nos ateliers idAction se poursuivent au Module du Nord tous les mardis soir, avec un atelier de couture et des soirées cinéma inuit, notamment la série Unikkausivut de l’Office National du Film.           

[ENGLISH VERSION]

Le comité d'analyse et de veille sociale d'Exeko est composé de membres de l'équipe soit Ducakis Désinat, Jani Greffe-Bélanger,...

Après 1 an passé avec nous à l'équipe des programmes et projets, Amandine Gazut reprend sa route vers de nouvelles aventures...

 

Dernière mise à jour 24 avril

[ENGLISH BELOW ]

Nos activités étant suspendues au Nunavik dans leur format initial, nous maintenons une...
  • « By engaging with people on a deep level, we see Exeko reinvigorating individual spirit to rebuild society in a new way. Exeko's work is not about small projects, but about achieving full social inclusion at a systemic level. [...] we believe that Exeko will reach a level of systemic impact with Quebec, Canada and the world within 5-10 years. »

    Elisha Muskat, Executive Director, Ashoka Canada

  • « Its goal? To develop reasoning, critical thinking, logic, and increase citizen participation of these marginalized groups. »

    Caroline Monpetit, Le Devoir (free translation)

  • «  I write my thoughts in my head, not on paper, and my thought is not lost. »

    Participant @PACQ

  • « Why use paper when it is as beautiful as this? »

    One of the co-creator for Métissage Urbain

  • « I Have my own identity ! »

    Putulik, Inuit participant, Métissage Urbain

  • « It is terrible for a society to ignore people with such talent! »

    Hélène-Elise Blais, les Muses about ART and ID projects

  • « Art has the advantage to make people talk about abilities rather than limitations, when confronted with an intellectual disability.  »

    Delphine Ragon, Community Programs Manager, Les Compagnons de Montréal

  • « Over the past few years, we have been seeing more and more high quality productions by people with an intellectual disability who truly are artists.  »

    Julie Laloire @AMDI

  • « Exeko implements creative solutions to several problematic, gives a voice to those we don't hear and hope to the underprivileged. »

    Bulletin des YMCA

  • « Its goal? To develop reasoning, critical thinking, logic, and increase citizen participation of these marginalized groups. »

    Caroline Monpetit, Le Devoir (free translation)

  • « ...empowering the children, and giving them confidence »

    APTN National News

  • « It’s a great program for children to learn about their traditions and to increase their interaction with Elders in the community. »

    Erika Eagle, Social Development Assistant with Waswanipi Brighter Future

  • « We are not higher, we are not lower, we are equal. »

    Simeoni, participant idAction Mobile

  • « Receving is good, but giving is better »

    Participant idAction@Kanesatake

  • « They're both people. We're not looking enough after people with problems, and mostly with mental health issues. Then we would have more people able to work. »

    Participant, idAction@Accueil Bonneau

  • « What better way to strengthen intergenerational ties? [...] A meeting between peers, a place for expression, learning and recovery »

    Chantal Potvin, reporter at Innuvelle

  • «  I don't know everything, but while reading it, it always bring me one step closer »

    A participant, idAction Mobile

  • «  By engaging with people on a deep level, we see Exeko reinvigorating individual spirit to rebuild society in a new way. Exeko's work is not about small projects, but about achieving full social inclusion at a systemic level. [...] we believe that Exeko will reach a level of systemic impact with Quebec, Canada and the world within 5-10 years. »

    Elisha Muskat, Executive Director, Ashoka Canada

  • «  ...empowering the children, and giving them confidence »

    APTN National News

  • «  I was completely alone today, thanks for talking to me »

    Elie, participant @idAction Mobile

  • «  They're both people. We're not looking enough after people with problems, and mostly with mental health issues. Then we would have more people able to work. »

    Participant, idAction@Accueil Bonneau

  • «  Today, the power acquired through knowledge is more far-reaching than knowledge itself. »

    André Frossard

  • « By engaging with people on a deep level, we see Exeko reinvigorating individual spirit to rebuild society in a new way. Exeko's work is not about small projects, but about achieving full social inclusion at a systemic level. [...] we believe that Exeko will reach a level of systemic impact with Quebec, Canada and the world within 5-10 years.»
    Elisha Muskat, Executive Director, Ashoka Canada
  • « Exeko implements creative solutions to several problematic, gives a voice to those we don't hear and hope to the underprivileged.»
    Bulletin des YMCA
  • « Over the past few years, we have been seeing more and more high quality productions by people with an intellectual disability who truly are artists. »
    Julie Laloire @AMDI
  • « Art has the advantage to make people talk about abilities rather than limitations, when confronted with an intellectual disability. »
    Delphine Ragon, Community Programs Manager, Les Compagnons de Montréal
  • « It is terrible for a society to ignore people with such talent!»
    Hélène-Elise Blais, les Muses about ART and ID projects
  • « I Have my own identity !»
    Putulik, Inuit participant, Métissage Urbain
  • « Why use paper when it is as beautiful as this?»
    One of the co-creator for Métissage Urbain
  • « I write my thoughts in my head, not on paper, and my thought is not lost.»
    Participant @PACQ
  • « Its goal? To develop reasoning, critical thinking, logic, and increase citizen participation of these marginalized groups.»
    Caroline Monpetit, Le Devoir (free translation)
  • « Its goal? To develop reasoning, critical thinking, logic, and increase citizen participation of these marginalized groups.»
    Caroline Monpetit, Le Devoir (free translation)
  • « Today, the power acquired through knowledge is more far-reaching than knowledge itself.»
    André Frossard
  • « They're both people. We're not looking enough after people with problems, and mostly with mental health issues. Then we would have more people able to work.»
    Participant, idAction@Accueil Bonneau
  • « They're both people. We're not looking enough after people with problems, and mostly with mental health issues. Then we would have more people able to work.»
    Participant, idAction@Accueil Bonneau
  • « We are not higher, we are not lower, we are equal.»
    Simeoni, participant idAction Mobile
  • « I was completely alone today, thanks for talking to me»
    Elie, participant @idAction Mobile
  • « Receving is good, but giving is better»
  • « What better way to strengthen intergenerational ties? [...] A meeting between peers, a place for expression, learning and recovery»
    Chantal Potvin, reporter at Innuvelle
  • «  ...empowering the children, and giving them confidence»
    APTN National News
  • « By engaging with people on a deep level, we see Exeko reinvigorating individual spirit to rebuild society in a new way. Exeko's work is not about small projects, but about achieving full social inclusion at a systemic level. [...] we believe that Exeko will reach a level of systemic impact with Quebec, Canada and the world within 5-10 years.»
    Elisha Muskat, Executive Director, Ashoka Canada
  • « It’s a great program for children to learn about their traditions and to increase their interaction with Elders in the community.»
    Erika Eagle, Social Development Assistant with Waswanipi Brighter Future
  • « ...empowering the children, and giving them confidence»
    APTN National News