Camp de Leadership des Premières-Nations

Camp de Leadership des Premières-Nations

Crédit photo : @TofuLapierre [Les prénoms des personnes citées ont été modifiés]

Par Alessia De Salis

Dans une pile de fiches, de noms, de photos nous devons choisir notre équipe. Le hasard joue le rôle principal dans cette étape. Jenny est une des 6 qui composent mon équipe. 

 @TofuLapierre

À l’aéroport, nous attendons notre groupe de la Côte-Nord, puis de Kenesataké et de Listigouche. Les autres, on les rencontrera au camp. Notre premier groupe arrive. Rapidement, on découvre Rachel, qui retire aussitôt ses bottes pour aller à la découverte du lieu. Puis, dans un moment de fantaisie offert par Simon qui imite avec talent le velociraptor, Rachel s’approprie rapidement la maitrise de cet art. Elle part à la rencontre des passants en incarnant l’animal et son cri absurde. Nous sommes pliés en deux et impressionnés par cette absurdité brute. Puis, la gang de la Côte-Nord arrive. Geneviève, une jeune fille que j’avais rencontrée à Nutashkuan, quelques semaine plus tôt, m’enveloppe d’un câlin si puissant qu’il me fait remonter les larmes aux yeux. Finalement, le reste de nos jeunes arrivent. C’est un départ pour le camp ! 3 heures plus tard et des énigmes, des discussions, des jeux de dessins pour passer le temps. Enfin, nous y sommes ! Rapidement, on joue, on mange, on joue encore…  C’est là que je rencontre pour la première fois Jenny.  - Pourquoi tu veux pas jouer ? - Je participe pas moué, je suis un TUG. - HAhAHAHA. Ça tombe bien, moi aussi. Jenny fait partie de mon équipe : les vampire-castors. Nom brillamment proposé par Jean-Simon. Jenny est celle qui ne participe jamais, c’est ce qu’elle me précise à répétition. Elle ne veut surtout pas se faire surprendre à sourire. Mais c’est plus fort qu’elle. Ses joues craquent malgré elle. Elle se reprend aussitôt, avec un regard qui tue. Clairement, ça fait longtemps qu’elle pratique son look de tueuse.

 @TofuLapierre

Tous les matins, nous passons de chambre en chambre pour réveiller les jeunes. Tous les matins au réveil, Jenny m’offre un doux sourire. Quand je la complimente sur son sourire, elle m’offre un doigt d’honneur avec ce dernier. Les jours passent, les matins s’accumulent, les sourires se décoincent et lentement les fuck you deviennent facultatifs. Ce qui est fascinant avec Jenny c’est sa douceur. Malgré son tugness, il est impossible de ne pas être attendri par la tite TUG du Lac Simon. Sur l’heure du lunch les jeunes de mon équipe commencent à jouer à brin de jasette. Un petit pot dans lequel tu piges une question pour la poser aux amis à table. Patrick pige la question du jour : de quelle mauvaise habitude voudrais-tu te débarrasser ?  Rendu au tour de Jenny de répondre, elle répond sèchement.

- Non, man. Je joue pas moé ! Avec son fameux regard de tueuse. Après le repas, nous nous dirigeons vers la salle de musique. Jenny me prend par le bras et nous marchons, bras dessus, bras dessous. Elle me demande qu’elle était la question car elle ne l’avait pas compris.  - De quelle mauvaise habitude voudrais-tu te débarrasser ? - Ça veut dire quoi hen ? - Qu’est-ce que tu fais des fois que tu aimerais moins faire ? Un comportement… Une attitude… - J’aimerais ça moins niaiser tsé. Plus participer comme. Mais ici je participe déjà plus qu’à l’école. Mes profs me croiraient pas de tout ce qu’on fait comme. D’habitude je bouge pas tsé, je fais rien.  - Pourquoi tu penses que tu participes pas ? - Parce que man ! Je sais pas…? Trop gênée…. - Ben en tout cas moi je trouve que tu fais vraiment bien ça. Surtout quand tu souris. Je suis vraiment heureuse que tu sois dans mon équipe. Elle me lance son regard de tueuse en me tenant toujours par le bras. Elle sait maintenant que je n’y crois pas depuis longtemps.

C’est l’avant dernier jour du camp. Nous jouons tous ensemble à un grand jeu avec rallye, quizz et mimes !Jenny m’avertie d’avance - Je fais pas ça moé ! - Ok, c’est  comme tu veux mais j’aimerais vraiment que tu joue avec nous. Rendue au kiosque des mimes. Jenny pige son papier et mime une banane. Rapidement l’équipe devine et tous les jeunes des castors-vampires lui font un high-five.  Elle mime du fromage, un toast, un poulet. Jenny est en feu !! Le soir, nous devons présenter un spectacle par groupe. Les vampires-castors vont raconter la légende de comment le castor et la chauve-souris sont tombés en amour. Jenny suggère de jouer le prêtre qui va les marier avec des cherrios au lieu des bagues !  Sa prestation est incroyable. Elle se fait féliciter par tous les jeunes du camp. On entend dans le public : « Jenny est vraiment drôle, elle est vraiment bonne en théâtre »,  Jenny l’entend aussi.

 @TofuLapierre

Dernière journée. Les jeunes du Lac-Simon partent en voiture. Jenny reçoit un câlin de tous les jeunes qui lui rappellent son grand succès théâtral. Je la prends dans mes bras. Elle me dit : fuck je vais pleurer là.   - C’est correct, moi aussi. Ca veut dire qu’on a vécu quelque chose de beau et qu’on va s’en rappeler longtemps. - … Ses joues craquent,  son regard est celui d’une petite fille émue. Le mien aussi surement. 

Le programme Trickster est soutenu par le Ministère de la Culture et des Communications du Québec et la Fondation Québec Jeunes.

par Maude Blanchet Léger

 

Le lundi 28 septembre, nous avions une sortie en van avec Valérie et Janie, deux de nos médiatrices. La plan était d’...

Aujourd’hui, je prends la parole, consciente de ma positionnalité dans le milieu. Je prends la parole en tant que femme blanche, travaillant dans...

Sous la responsabilité de la directrice des partenariats et de la directrice des communications, la personneen poste a pour objectif principal de...

Il nous raconte qu’il s’est fait voler toutes ses choses; nous lui proposons alors de lui redonner un carnet et un stylo. Je lui demande...

  • « By engaging with people on a deep level, we see Exeko reinvigorating individual spirit to rebuild society in a new way. Exeko's work is not about small projects, but about achieving full social inclusion at a systemic level. [...] we believe that Exeko will reach a level of systemic impact with Quebec, Canada and the world within 5-10 years. »

    Elisha Muskat, Executive Director, Ashoka Canada

  • « Its goal? To develop reasoning, critical thinking, logic, and increase citizen participation of these marginalized groups. »

    Caroline Monpetit, Le Devoir (free translation)

  • «  I write my thoughts in my head, not on paper, and my thought is not lost. »

    Participant @PACQ

  • « Why use paper when it is as beautiful as this? »

    One of the co-creator for Métissage Urbain

  • « I Have my own identity ! »

    Putulik, Inuit participant, Métissage Urbain

  • « It is terrible for a society to ignore people with such talent! »

    Hélène-Elise Blais, les Muses about ART and ID projects

  • « Art has the advantage to make people talk about abilities rather than limitations, when confronted with an intellectual disability.  »

    Delphine Ragon, Community Programs Manager, Les Compagnons de Montréal

  • « Over the past few years, we have been seeing more and more high quality productions by people with an intellectual disability who truly are artists.  »

    Julie Laloire @AMDI

  • « Exeko implements creative solutions to several problematic, gives a voice to those we don't hear and hope to the underprivileged. »

    Bulletin des YMCA

  • « Its goal? To develop reasoning, critical thinking, logic, and increase citizen participation of these marginalized groups. »

    Caroline Monpetit, Le Devoir (free translation)

  • « ...empowering the children, and giving them confidence »

    APTN National News

  • « It’s a great program for children to learn about their traditions and to increase their interaction with Elders in the community. »

    Erika Eagle, Social Development Assistant with Waswanipi Brighter Future

  • « We are not higher, we are not lower, we are equal. »

    Simeoni, participant idAction Mobile

  • « Receving is good, but giving is better »

    Participant idAction@Kanesatake

  • « They're both people. We're not looking enough after people with problems, and mostly with mental health issues. Then we would have more people able to work. »

    Participant, idAction@Accueil Bonneau

  • « What better way to strengthen intergenerational ties? [...] A meeting between peers, a place for expression, learning and recovery »

    Chantal Potvin, reporter at Innuvelle

  • «  I don't know everything, but while reading it, it always bring me one step closer »

    A participant, idAction Mobile

  • «  By engaging with people on a deep level, we see Exeko reinvigorating individual spirit to rebuild society in a new way. Exeko's work is not about small projects, but about achieving full social inclusion at a systemic level. [...] we believe that Exeko will reach a level of systemic impact with Quebec, Canada and the world within 5-10 years. »

    Elisha Muskat, Executive Director, Ashoka Canada

  • «  ...empowering the children, and giving them confidence »

    APTN National News

  • «  I was completely alone today, thanks for talking to me »

    Elie, participant @idAction Mobile

  • «  They're both people. We're not looking enough after people with problems, and mostly with mental health issues. Then we would have more people able to work. »

    Participant, idAction@Accueil Bonneau

  • «  Today, the power acquired through knowledge is more far-reaching than knowledge itself. »

    André Frossard

  • « By engaging with people on a deep level, we see Exeko reinvigorating individual spirit to rebuild society in a new way. Exeko's work is not about small projects, but about achieving full social inclusion at a systemic level. [...] we believe that Exeko will reach a level of systemic impact with Quebec, Canada and the world within 5-10 years.»
    Elisha Muskat, Executive Director, Ashoka Canada
  • « Exeko implements creative solutions to several problematic, gives a voice to those we don't hear and hope to the underprivileged.»
    Bulletin des YMCA
  • « Over the past few years, we have been seeing more and more high quality productions by people with an intellectual disability who truly are artists. »
    Julie Laloire @AMDI
  • « Art has the advantage to make people talk about abilities rather than limitations, when confronted with an intellectual disability. »
    Delphine Ragon, Community Programs Manager, Les Compagnons de Montréal
  • « It is terrible for a society to ignore people with such talent!»
    Hélène-Elise Blais, les Muses about ART and ID projects
  • « I Have my own identity !»
    Putulik, Inuit participant, Métissage Urbain
  • « Why use paper when it is as beautiful as this?»
    One of the co-creator for Métissage Urbain
  • « I write my thoughts in my head, not on paper, and my thought is not lost.»
    Participant @PACQ
  • « Its goal? To develop reasoning, critical thinking, logic, and increase citizen participation of these marginalized groups.»
    Caroline Monpetit, Le Devoir (free translation)
  • « Its goal? To develop reasoning, critical thinking, logic, and increase citizen participation of these marginalized groups.»
    Caroline Monpetit, Le Devoir (free translation)
  • « Today, the power acquired through knowledge is more far-reaching than knowledge itself.»
    André Frossard
  • « They're both people. We're not looking enough after people with problems, and mostly with mental health issues. Then we would have more people able to work.»
    Participant, idAction@Accueil Bonneau
  • « They're both people. We're not looking enough after people with problems, and mostly with mental health issues. Then we would have more people able to work.»
    Participant, idAction@Accueil Bonneau
  • « We are not higher, we are not lower, we are equal.»
    Simeoni, participant idAction Mobile
  • « I was completely alone today, thanks for talking to me»
    Elie, participant @idAction Mobile
  • « Receving is good, but giving is better»
  • « What better way to strengthen intergenerational ties? [...] A meeting between peers, a place for expression, learning and recovery»
    Chantal Potvin, reporter at Innuvelle
  • «  ...empowering the children, and giving them confidence»
    APTN National News
  • « By engaging with people on a deep level, we see Exeko reinvigorating individual spirit to rebuild society in a new way. Exeko's work is not about small projects, but about achieving full social inclusion at a systemic level. [...] we believe that Exeko will reach a level of systemic impact with Quebec, Canada and the world within 5-10 years.»
    Elisha Muskat, Executive Director, Ashoka Canada
  • « It’s a great program for children to learn about their traditions and to increase their interaction with Elders in the community.»
    Erika Eagle, Social Development Assistant with Waswanipi Brighter Future
  • « ...empowering the children, and giving them confidence»
    APTN National News