Blogue

Richard Sabeh

Texte: Richard Sabeh

Tous les mercredis, depuis le mois de juin et pour tout le reste de l'été, Exeko anime des ateliers idAction aux Jardins Gamelin. Il s'agit d'une opportunité de libérer l'expression des participant.e.s en les engageants dans des discussions philosophiques, des débats d'actualités et des activités artistiques. Situé à l'ouest du parc, le cabanon partagé de la Société de Développement Social s'est transformé en une véritable agora où l'ouverture et la parole sont mises au service d'une meilleure compréhension de notre société.

Au fil des semaines, les participant.e.s ont contribué à l'élaboration d'une réflexion collective prenant racine dans leur quotidien à commencer par le lieu même où elle s'est déroulée. Les Jardins Gamelin ont en effet subi de profondes transformations dans les dernières années, ce qui nous a semblé suggérer une réflexion sur l'identité et la possibilité du changement. Les habitué.e.s du parc ne manquaient pas de chose à dire à ce sujet et n'ont pas hésité à faire le lien entre l'identité du parc et la leur.

L’un des participants qui le fréquente assidûment, comme les archives de la BAnQ, nous replonge dans l'histoire du parc et de la religieuse de qui il tire son nom. La Bienheureuse Émilie Gamelin a voué sa vie à améliorer le destin des femmes les plus démunies, des personnes âgées sans famille, des personnes souffrant de graves déficiences, des mésadapté.e.s, des sans-emplois, des immigrant.e.s frappé.e.s du choléra ainsi que des insurgé.e.s de la rébellion de 1837 incarcéré.e.s à la prison du Pied-du-Courant. Pour lui, les Jardins Gamelin qui occupent l'ancien site de l'Asile de la Providence qu'elle a fondé, tiennent leur identité de cette femme, mère des causes sociales de Montréal, ayant tout donné pour aider les autres. Il souhaite que son héritage y soit préservé et reconnait que malgré les changements, plusieurs des ressources qu'on y offrait, comme les distributions alimentaires, le sont toujours. Toutefois, il pense que la transformation du parc aurait dû favoriser davantage la mixité sociale. « Un ami, c'est comme vous, quelqu'un qui écoute, quelqu'un qui te parle. C'est un être humain, pas un objet, pas quelqu'un qui te traite comme un objet. Mais parfois, comme ici, on donne une concession, on nettoie le gazon, c'est beau. Et je comprends les commerçants qui pensent à leur portefeuille mais quand on considère les gens comme un problème parce qu'ils ne sont pas des clients, c'est les traiter comme des objets. Ce n’est pas ça être un ami. » Pour lui, on ne peut pas changer d'identité, qu'il s’agisse d'un lieu ou d'une personne, mais on peut devenir la meilleure version possible de soi-même.

Ces inquiétudes ont trouvé échos chez un autre participant, résident du quartier qui vient moins régulièrement au parc depuis l'aménagement de la terrasse et de scènes de spectacle. « Il y a trop d'activités. Je préférais quand c'était plus tranquille. Je me sentais moins sollicité. Il y a un sentiment de liberté qui émane d'un terrain vague. Maintenant avec toutes les animations, c'est comme si je devais venir pour y faire quelque chose. Je venais juste pour être tranquille. Ce n’est pas quelque chose ça. »

Un troisième participant, qui est ici pour l'été et se promenait dans le parc avec son sac à dos d'expédition, croit pour sa part fermement au changement. « Avant je buvais beaucoup, mais là j'ai arrêté et c'est sûr que ma personnalité a changé. » S'il ne connaissait pas le parc avant de nous rencontrer, il ne doute pas qu'il soit possible d'en faire un lieu où tout le monde se sentirait accueilli.

À la volée, nous entendons une femme qui discutait avec ses ami.e.s sur le côté du cabanon se lever et s'écrier en riant : « De temps en temps on meure, pis de temps en temps on ressuscite. » À plusieurs reprises nous avons recueilli les récits de ces hauts et de ces bas que vivent régulièrement la population en situation d'itinérance. On nous confie parfois aussi que l'aide reçu d'organismes, de la famille, mais surtout de leur réseau de support social contribue à leur donner la force nécessaire pour faire des changements positifs et s'aimer davantage. « On ne peut pas faire le travail à la place de quelqu'un. On peut lui offrir notre aide, notre écoute et les ressources pour lui donner une chance. Mais on ne peut pas forcer quelqu'un à changer. » Ces mots semblent faire consensus puisqu'ils nous sont parvenus sous une forme ou sous une autre de plusieurs participant.e.s.

La communauté des Jardins Gamelin est à l'image de Montréal, hautement diversifiée. Mais à l'heure actuelle, on voit dans le parc des groupes cantonnés en deux grandes sections : l'avant, donnant sur les restaurants de Sainte-Catherine et l'arrière, bordant la gare d’autobus du boulevard de Maisonneuve, dessinent les contours de deux mondes qui se côtoient sans se rencontrer. On se prend à rêver que cette frontière imaginaire se transforme en point de contact. Peut-être qu’il s’agit de sa vocation.

L'avis de notre participant historien : « Je pense qu'on doit travailler à raffermir le tissu social, il est blessé. Je pense que ça règlerait bien des problèmes, peut-être même une partie de la criminalité. Si les gens se connaissaient plus, se saluaient et se parlaient. Je pense qu'il y aurait moins de crime, moins de souffrance ; ils auraient moins peur. »

Juste avant de partir, au moment où nous fermions le cabanon, un homme qui saignait de la joue et sa copine sont venu.e.s nous demander de l'aide. Un médiateur de la SDS leur a remis de l'alcool et des pansements et nous leur avons installé deux chaises. Une fois qu'elle eut nettoyé et pansé la plaie, elle chuchota à son patient : « Si j'avais plus d'équipement je t'aurais guéri au complet. »

 

Le gouvernement du Québec fier partenaire du programme idAction

Lourdes Rodriguez del Barrio est professeure titulaire à l’École de Travail social de l’Université de Montréal. Elle dirige l’Équipe de Recherche et d’Action en Santé Mentale et culture (ERASME) ainsi que l’Alliance de Recherche internationale Université-Communauté Santé Mentale et Citoyenneté (ARUCI-SMC) qu’elle a fondée. Finalement, depuis juin 2017, elle est directrice scientifique à la recherche sociale du CIUSSS du Nord-de-l’Île-de-Montréal (NIM).

Ses recherches ont contribué à la création de nouvelles approches d’intervention et d’évaluation; elles ont ainsi eu des impacts sur le plan de l’élargissement de la capacité d’agir des personnes vivant des expériences de souffrance et des situations d’exclusion, en améliorant leur qualité de vie, leur mieux-être et leur participation citoyenne. Elles ont aussi conduit au changement de politiques et de pratiques des organisations communautaires et publiques. Sur le plan méthodologique, ses recherches ont donné lieu à une réflexion critique et à un approfondissement des méthodes en recherche qualitative, en recherche-action participative de même qu’en évaluation pluraliste et formative. Ce type de recherche, engagée dans le changement, a exigé à ce que les planificateurs, intervenants et usagers des services soient impliqués dans toutes les étapes de ses projets : de la définition des questions de recherche à la mobilisation des connaissances acquises. Au-delà de ses propres expertises, Lourdes est une chercheure toujours désireuse d’apprendre de ceux et celles venant d’autres horizons. Le travail interdisciplinaire et intersectoriel est, pour elle, une passion et une pratique courante.

Bienvenue Lourdes!

Diplômé de l’Ecole de service social de l’Université de Montréal, Ricardo Lamour porte plusieurs chapeaux en plus de celui de comédien. Avec une grande expérience dans le milieu culturel, communautaire ainsi que dans l’écosystème philanthropique, il saura nous aider avec sa sensibilité analytique.

En 2014, il lance le premier album de rap unplugged au Québec. En 2016, l’auteur-compositeur-interprète lance son deuxième album. Il présente sa musique à Pointe Noire, au Congo, à l’été 2017 dans le cadre du Festival Afropolitain Nomade. Fondateur de Bout du Monde et des Productions Emrical, Ricardo Lamour est aussi entrepreneur social et chroniqueur. Il se spécialise dans les stratégies à mettre en place afin de créer des environnements favorables aux choix santé et à la mobilisation citoyenne. Ricardo est en mesure de mettre en place des mécanismes de planification concertés et collectifs, d’évaluation de processus, d’influence auprès des décideurs. Ricardo Lamour est membre de la commission permanente de Culture Montréal sur la citoyenneté culturelle des jeunes, administrateur d’un organisme de justice alternative, juge et ancien lauréat du prix Forces Avenir, lauréat du Prix Pauline-Julien (Petite Vallée en 2010), récipiendaire du lys de la diversité de Média Mosaïque en 2016, et enfin, récipiendaire de la médaille du 28e Lieutenant-Gouverneur du Québec Pierre Duchesne.

Bienvenue Ricardo !

« Est-ce que ce qu'on fait aujourd'hui va changer la couleur du ciel? Respectons notre génie. »

Richard Sabeh

Texte: Richard Sabeh

Le 21 juin dernier se tenait la Journée nationale des peuples autochtones. Pour l'occasion, des centaines d'événements et de célébrations se déroulaient à travers le Canada afin de souligner l'apport des Premières nations et rappeler l'état de la cohabitation sur leurs territoires ancestraux. Exeko était sur place afin de marquer son appui.

QUAI DE L’HORLOGE

La journée a débuté dans la fébrilité et l'anticipation. Aux coups de 11h au Quai de l'horloge, dans le Vieux-Montréal, on attendait avec impatience l'annonce de la mairesse de Montréal, pour lancer le coup d'envoi. Le lieu a été choisi à dessein, il s'agit de l’endroit prévu pour une future ambassade culturelle autochtone. Le projet est porté à bout de bras par DestiNATIONS : Carrefour international des arts et cultures des peuples autochtones depuis plusieurs années et les participant.e.s rassemblé.e.s espèrent une annonce de son support. D'ailleurs les responsables de l'événement – membres de Terre en Vue, Destinations, Tourisme Autochtone Québec et Présence Autochtone – étaient sur place, un casque de construction sur la tête, afin de lancer le message qu'ils/elles sont prêt.e.s pour la première pelletée de terre.

Des représentantes de la ville, ainsi que le ministre responsable des affaires autochtones, M. Geoffrey Kelley, étaient également présent.e.s et donnaient des entrevues aux médias alors que s'était réunie, autour de la scène, une foule diverse, composée de membres de la communauté autochtone, de nouveaux et de nouvelles arrivant.e.s, de familles et de jeunes auxquels se mêlaient quelques touristes curieux, attirés par l'effervescence ambiante.

Puis la nouvelle nous arrive, non seulement la ville s'engage-t-elle à soutenir le projet d'ambassade à hauteur de 10%, mais elle répond positivement à la demande du Conseil de bande de Kahnawake et s'engage à restituer les sépultures autochtones en sa possession. À cette annonce, un feu est allumé au rythme du tambour et on invite les participant.e.s à y déposer une poignée de tabac sacré.

C'est sur le thème de la réconciliation que les dignitaires ont ensuite entrepris l'érection d'un tipi afin de symboliser la construction d'une nouvelle maison pour l'art et la culture autochtone, mais également d'un monde meilleur que nous devons bâtir ensemble. M. Kelley, nous rappelle à cette occasion que l'histoire de Montréal précède largement sa date de fondation, mais qu'à travers toutes ces époques, elle aura été une terre de rencontre où les amitiés se forgent, un carrefour commercial où les ententes se concluent.

 

SQUARE CABOT

En milieu d'après-midi, les célébrations se poursuivaient au Square Cabot où une série d'artistes originaires des quatre coins de l'Amérique du Nord se produisaient en spectacle. Sur la scène, on a invité le parterre à initier une grande danse en cercle, main dans la main. Une longue file humaine s'est alors entortillée formant parfois des spirales, parfois des serpentins pendant que les artistes battaient la musique du pied. Chanteurs de pow-wow contemporain anishnabés, troupe composée de danseurs hopis, tewa et choctaw, compositrice inuk-mohawk du Nunavik, Dj originaire de l'Arctique se sont succédé.e.s pour partager un morceau de leur héritage.

Se joignaient à eux des organisations de terrains comme Projet Iskweu qui offrait sous sa tente des boucles d'oreilles confectionnées par les résidentes du foyer pour femme autochtone de Montréal; ainsi que Sim, Naka et Putilik qui donnaient un atelier de taille de pierre à savon où les participant.e.s s'entassaient pour apprendre à faire un Inuksuk.

BBQ au PAQ

Plus tard en soirée, Exeko s'est rendu au PAQ à l'occasion de son BBQ portes ouvertes afin de s'entretenir avec les participant.e.s. Pour l'un d'eux, descendant inca qui fréquente Projets Autochtones du Québec, afin de renouer avec ses frères et sœurs, il est impératif de vivre sa culture dans la modernité. Il nous révèle ainsi que lors de chaque pleine lune, il se rend au Mont-Royal afin de danser, iPod à la main. Cette tension entre un Québec contemporain et une culture ancestrale est tangible dans les témoignages que nous avons recueillis. Il s'agit pour ceux et celles qui le souhaitent de pouvoir incarner leurs origines ici et maintenant, sans pour autant avoir à faire des contorsions, sans se faire dévisager.

Le sentiment d'exclusion de leur propre terre est largement partagé. Plusieurs nous demandent comment nous nous sentirions si un autochtone venait nous serrer la main et nous dire: « Bienvenue chez nous. » Toutefois certaines initiatives, comme la salle de contemplation de l'hôpital Notre-Dame, sont accueillies positivement tout comme chaque manifestation de leur culture dans l'espace publique. Pour plusieurs d'entre eux, cette reconnexion avec leurs racines doit se faire par l'enseignement des langues autochtones. Des langues dont ils/elles furent éloigné.e.s par le passé, en toute connaissance de cause.

La journée s'est conclue aux lueurs d'un feu, alors que les participant.e.s, à tour de rôle, prenaient la parole pour partager avec l'assistance un conte de leur enfance, que des grands-pères, des tantes et des frères leur avaient transmis.

 

Pages

Texte: Richard Sabeh

Tous les mercredis, depuis le mois de juin et pour tout le reste de l'été, Exeko anime des ateliers idAction aux Jardins...
Lourdes Rodriguez del Barrio est professeure titulaire à l’École de Travail social de l’Université de Montréal. Elle dirige l’Équipe de Recherche et...
Diplômé de l’Ecole de service social de l’Université de Montréal, Ricardo Lamour porte plusieurs chapeaux en plus de celui de comédien. Avec une...
Texte: Richard Sabeh

Le 21 juin dernier se tenait la Journée nationale des peuples autochtones. Pour l'occasion, des centaines d'événements et de...
  • « Je ne suis que la courroie de transmission, je ne fais que retranscrire ce que les gens m'ont donné dans la rue. »

    Stéphane Dionne, artiste co-créateur pour métissage urbain

  • « Faire confiance et donner aux jeunes autochtones marginalisés le pouvoir de se faire comprendre et entendre…  »

    Nadia Duguay, directrice du projet

  • « On y apprend, entre autres que même si nous ne sommes qu'une infinitésimale partie de la planète, nous ne sommes pas insignifiants, on peut faire quelque chose, on peut comprendre quel peut y être notre rôle. »

    Participant en milieu carcéral

  • « Les discussions sur les sujets amenés durant les ateliers sont positives et intéressantes, l’animateur réussit à ouvrir des débats, à allumer les esprits sur des sujets importants. »

    Johanne Cooper, directrice générale, La Maison Tangente

  • « Les ateliers idAction m'ont permis de me voir autrement de celle que j'aurais du être. Et je vais le devenir.  »

    Sophie Poucachiche, participante

  • « Tel un arbre, à chaque fois que quelqu'un apprend et transmet quelque chose, y en a un autre en arrière qui va grandir »

    Jimmy, participant

  • « On a besoin de tout le monde; si on a juste des ingénieurs et des architectes, on va manger quoi? Des plans et des schémas?" »

    Tony, participant idAction

  • « Y'en a qui ont la soif du pouvoir, ben moi c'est la soif du savoir »

    Jo, participant idAction

  • « C'est un excellent programme qui permet aux enfants de connaître leurs traditions et d'accroître leurs interactions avec les aînés dans la communauté. »

    Erika Eagle, Assistante en développement social, Grandir Ensemble Waswanipi

  • « Notre objectif : Tisser des liens solides avec les communautés, travailler main dans la main, apporter notre pierre à l'édifice, et transmettre le plus que nous pouvons, en espérant que, dans l'avenir, notre programme n'ait plus sa raison d'être. »

    François-Xavier Michaux, directeur du programme

  • « On a appris à affronter nos peurs. »

    Cynthia, participante Trickster

  • « La formule ; des ateliers quasi « intensifs », pour arriver à un résultat concret en seulement 2 semaines. Une réussite dont les élèves se rappelleront toute leur vie! »

    Marie-Ève Gagnon, professeure d’Art, à propos de Trickster

  • « Collaborer avec l’équipe de Exeko a clairement amélioré la portée de nos projets. Par leur vision de la mixité et de la médiation culturelle, Exeko s’est démarqué dans leur façon de faire valoir l’intégration des personnes vivant avec une déficience intellectuelle. »

    Nadia Bastien, directrice générale AMDI

  • « Ça fait longtemps que j’ai pas été dans un évènement qui m’ai apporté autant de bonheur. »

    Un visiteur, D'un oeil différent 2013

  • « Quelle belle exposition ! Ça nous a fait rêver un peu ! J’ai appris que y’a beaucoup de personnes qui peuvent faire des œuvres magnifiques, différentes, ça nous a fait rêver »

    Un visiteur, D'un oeil différent 2013

  • « Comment te sens tu quand tu vois ta toile accrochée à un mur? Bien en dedans, c'est le fun »

    Dan, exposant à D'un oeil différent 2013

  • « Pourquoi t'aime ça peindre? J'aime ça Parce que personne peut m'enlever ça dans la tête. »

    Diane, exposante à D'un oeil différent 2013

  • « Son but? Développer le raisonnement, la pensée critique, la logique, et augmenter la participation citoyenne de ces groupes marginalisés. »

    Caroline Monpetit, Le Devoir

  • « Les gens ne pensent pas à me donner des livres alors que j'aime tellement lire! »

    Elie, participante

  • « Je m'aperçois qu'il y a beaucoup de personnes qui travaillent à faire changer les choses et les attitudes, cela me donne un peu plus confiance dans l'avenir. »

    Participant en milieu carcéral

  • « Cet espace de savoir, nourrissant l’esprit et la créativité, ainsi que l’ouverture qu’offre idAction sont tout à votre honneur. »

    Louise Chabot, Présidente CSQ

  • « J'ai appris que 80% des richesses de la planète sont détenues et gaspillées par 20% de celles-ci, [...] qu'un rire est universel et qu'il met un baume sur les souffrances de quiconque, [...] qu'il y a des gens qui souffrent et que je peux à ma manière les aider. »

    Participant en milieu carcéral

  • « La caravane d’Exeko, qui distribue des livres, des cahiers et des crayons aux itinérants de Montréal, et plus particulièrement aux itinérants autochtones, sillonne les rues de Montréal, pour faire jaillir la participation culturelle de ces exclus de la société. Avec des résultats franchement étonnants. »

    Caroline Monpetit, Journaliste, Le Devoir

  • « Vous donnez le goût aux gens d'avoir des idées... »

    Participant, idAction Mobile

  • «  Pourquoi ne restez-vous pas ici pour toujours ? »

    Nathaniel, participant, Trickster

  • « Depuis que vous êtes là, les jeunes rient, et il y en a même qu’on n'avais jamais vu sourire qui sourient maintenant. »

    Directrice d'une école partenaire

  • « Es-tu un artiste? -Oui - Pourquoi? - Parce que j'aime »

    Gilles Grégoire, artiste, en réponse à notre médiatrice

  • « On a notre style, notre marque de commerce. On fait les choses différemment des autres. »

    Guillaume Lapierre, artiste exposant à D'un oeil différent 2013

  • « J’ai dessiné en t’écoutant, comme écouté de la musique. J’ai adoré. Je suis passée par beaucoup de stades, comme ton histoire. »

    Soufia Bensaïd à Edon Descollines, duo d'artistes Tandem Créatif 2013

  • « Exeko met en place des solutions créatives à différentes problématiques, donne une voix aux sans voix et de l'espoir aux plus démunis. »

    Bulletin des YMCA

  • « C'est terrible pour une société d'ignorer des gens avec un talent pareil! »

    Hélène-Elise Blais, les Muses

  • « C'est terrible pour une société d'ignorer des gens avec un talent pareil ! »

    Hélène-Elise Blais, les Muses

  • « L'art a l'avantage de permettre [de] parler [de déficience intellectuelle] en termes de capacité plutôt que de limitation. »

    Delphine Ragon, Directrice des programmes communautaires aux Compagnons de Montréal

  • « On voit [...]depuis quelques années plus de productions de grande qualité avec des personnes ayant une déficience intellectuelle qui sont des artistes à part entière. »

    Julie Laloire, Agente de sensibilisation à l'AMDI

  • « C'était un moment inoubliable : je suis tellement reconnaissant... »

    Larry, participant

  • « Merci de parler avec moi! Aujourd'hui je me sentais complètement seule, personne ne me parlait. »

    Eva, participante

  • « Nous sommes vraiment heureux de conjuguer nos actions à celles d'Exeko; nous avons ainsi l'assurance que la jeunesse autochtone en bénéficiera de façon significative.»
    Marie-Josée Coutu, Présidente de la Fondation Marcelle et Jean Coutu
  • « J'ai toujours été imprégnée du désir de justice sociale et je croyais ne pas avoir de préjugés...mais je dois dire que mon expérience chez Exeko a transformé ma vision des personnes en marge.»
    Muriel Kearney, bénévole depuis septembre 2015
  • « Je ne suis que la courroie de transmission, je ne fais que retranscrire ce que les gens m'ont donné dans la rue.»
    Stéphane Dionne, artiste co-créateur pour métissage urbain
  • « I don't know everything, but while reading it, it always bring me one step closer»
    A participant, idAction Mobile
  • « Pourquoi t'aime ça peindre? J'aime ça Parce que personne peut m'enlever ça dans la tête.»
    Diane, exposante à D'un oeil différent 2013
  • « Comment te sens tu quand tu vois ta toile accrochée à un mur? Bien en dedans, c'est le fun»
    Dan, exposant à D'un oeil différent 2013
  • « Quelle belle exposition ! Ça nous a fait rêver un peu ! J’ai appris que y’a beaucoup de personnes qui peuvent faire des œuvres magnifiques, différentes, ça nous a fait rêver»
    Un visiteur, D'un oeil différent 2013
  • « Ça fait longtemps que j’ai pas été dans un évènement qui m’ai apporté autant de bonheur.»
    Un visiteur, D'un oeil différent 2013
  • « Collaborer avec l’équipe de Exeko a clairement amélioré la portée de nos projets. Par leur vision de la mixité et de la médiation culturelle, Exeko s’est démarqué dans leur façon de faire valoir l’intégration des personnes vivant avec une déficience intellectuelle.»
    Nadia Bastien, directrice générale AMDI
  • « La formule ; des ateliers quasi « intensifs », pour arriver à un résultat concret en seulement 2 semaines. Une réussite dont les élèves se rappelleront toute leur vie!»
    Marie-Ève Gagnon, professeure d’Art, à propos de Trickster
  • « On a appris à affronter nos peurs.»
    Cynthia, participante Trickster
  • « Notre objectif : Tisser des liens solides avec les communautés, travailler main dans la main, apporter notre pierre à l'édifice, et transmettre le plus que nous pouvons, en espérant que, dans l'avenir, notre programme n'ait plus sa raison d'être.»
    François-Xavier Michaux, directeur du programme
  • « C'est un excellent programme qui permet aux enfants de connaître leurs traditions et d'accroître leurs interactions avec les aînés dans la communauté.»
    Erika Eagle, Assistante en développement social, Grandir Ensemble Waswanipi
  • « Y'en a qui ont la soif du pouvoir, ben moi c'est la soif du savoir»
    Jo, participant idAction
  • « On a besoin de tout le monde; si on a juste des ingénieurs et des architectes, on va manger quoi? Des plans et des schémas?"»
    Tony, participant idAction
  • « Tel un arbre, à chaque fois que quelqu'un apprend et transmet quelque chose, y en a un autre en arrière qui va grandir»
    Jimmy, participant
  • « Les ateliers idAction m'ont permis de me voir autrement de celle que j'aurais du être. Et je vais le devenir. »
    Sophie Poucachiche, participante
  • « Les discussions sur les sujets amenés durant les ateliers sont positives et intéressantes, l’animateur réussit à ouvrir des débats, à allumer les esprits sur des sujets importants.»
    Johanne Cooper, directrice générale, La Maison Tangente
  • « On y apprend, entre autres que même si nous ne sommes qu'une infinitésimale partie de la planète, nous ne sommes pas insignifiants, on peut faire quelque chose, on peut comprendre quel peut y être notre rôle.»
    Participant en milieu carcéral
  • « Faire confiance et donner aux jeunes autochtones marginalisés le pouvoir de se faire comprendre et entendre… »
    Nadia Duguay, directrice du projet
  • « Son but? Développer le raisonnement, la pensée critique, la logique, et augmenter la participation citoyenne de ces groupes marginalisés.»
    Caroline Monpetit, Le Devoir
  • « Les gens ne pensent pas à me donner des livres alors que j'aime tellement lire!»
    Elie, participante
  • « Merci de parler avec moi! Aujourd'hui je me sentais complètement seule, personne ne me parlait.»
    Eva, participante
  • « C'était un moment inoubliable : je suis tellement reconnaissant...»
    Larry, participant
  • « On voit [...]depuis quelques années plus de productions de grande qualité avec des personnes ayant une déficience intellectuelle qui sont des artistes à part entière.»
    Julie Laloire, Agente de sensibilisation à l'AMDI
  • « L'art a l'avantage de permettre [de] parler [de déficience intellectuelle] en termes de capacité plutôt que de limitation.»
    Delphine Ragon, Directrice des programmes communautaires aux Compagnons de Montréal
  • « C'est terrible pour une société d'ignorer des gens avec un talent pareil !»
    Hélène-Elise Blais, les Muses
  • « C'est terrible pour une société d'ignorer des gens avec un talent pareil!»
    Hélène-Elise Blais, les Muses
  • « Exeko met en place des solutions créatives à différentes problématiques, donne une voix aux sans voix et de l'espoir aux plus démunis.»
    Bulletin des YMCA
  • « J’ai dessiné en t’écoutant, comme écouté de la musique. J’ai adoré. Je suis passée par beaucoup de stades, comme ton histoire.»
    Soufia Bensaïd à Edon Descollines, duo d'artistes Tandem Créatif 2013
  • « On a notre style, notre marque de commerce. On fait les choses différemment des autres.»
    Guillaume Lapierre, artiste exposant à D'un oeil différent 2013
  • « Es-tu un artiste? -Oui - Pourquoi? - Parce que j'aime»
    Gilles Grégoire, artiste, en réponse à notre médiatrice
  • « Depuis que vous êtes là, les jeunes rient, et il y en a même qu’on n'avais jamais vu sourire qui sourient maintenant.»
    Directrice d'une école partenaire
  • « Pourquoi ne restez-vous pas ici pour toujours ?»
    Nathaniel, participant, Trickster
  • « Vous donnez le goût aux gens d'avoir des idées...»
    Participant, idAction Mobile
  • « La caravane d’Exeko, qui distribue des livres, des cahiers et des crayons aux itinérants de Montréal, et plus particulièrement aux itinérants autochtones, sillonne les rues de Montréal, pour faire jaillir la participation culturelle de ces exclus de la société. Avec des résultats franchement étonnants.»
    Caroline Monpetit, Journaliste, Le Devoir
  • « J'ai appris que 80% des richesses de la planète sont détenues et gaspillées par 20% de celles-ci, [...] qu'un rire est universel et qu'il met un baume sur les souffrances de quiconque, [...] qu'il y a des gens qui souffrent et que je peux à ma manière les aider.»
    Participant en milieu carcéral
  • « Cet espace de savoir, nourrissant l’esprit et la créativité, ainsi que l’ouverture qu’offre idAction sont tout à votre honneur.»
    Louise Chabot, Présidente CSQ
  • « Je m'aperçois qu'il y a beaucoup de personnes qui travaillent à faire changer les choses et les attitudes, cela me donne un peu plus confiance dans l'avenir.»
    Participant en milieu carcéral