Blogue

Photo © Ducakis Désinat

Un article corédigé par Ducakis Désinat (en italique)et Fréderique Levesque (en romain).  

Milieux de vie ordinaires

Il y a toujours cette scène un peu étrange lorsqu’on débarque avec la Van Exeko dans un lieu public déjà animé, comme un coin de rue, près d’une station de métro ou autour d’un parc. Lorsqu’on n’est pas totalement ignorés, ce sont bien souvent des regards interrogateurs que nous rencontrons. C’est à mon avis l’un des premiers défis de la médiation, outrepasser le fait qu’on est pour la plupart des gens, une sorte d’O.V.N.I.  

À l’opposé, il y a ces endroits où nos escales, même la première fois, ont presque l’allure d’un rendez-vous tellement l’accueil et la familiarité s’installent rapidement. C’est le cas du parc Martin Luther King Jr., dans Côte-des-Neiges, où, depuis le début du mois de juillet 2019, on a pris l’habitude d'organiser quelques ateliers. Dans mes souvenirs, toutes les fois que l’on a stationné la Van sur la rue Appleton, à l’entrée du parc et avant même d’ouvrir les portes, on était déjà interpellé par les habitués de l’endroit... Exeko, la mobile, les livres; objets de curiosité. La médiation, la présomption d’égalité... ; regards perplexes. 

Dès que s’estompent ces petits moments de flottement, que les présentations d’usage sont faites, le doute fait place à l’accueil, la parole se libère d’elle-même; les opinions, les histoires, les rires se font écho. Une certaine forme de familiarité s’installe. 

Ces lieux, on les désignera comme étant des milieux de vie ordinaires, afin de les distinguer des lieux plus institutionnalisés, comme les organismes communautaires, les musées et autres organismes auxquels nous nous associons, à l’occasion pour nos ateliers. Ces milieux de vie ordinaires sont particulièrement intéressants, car la marginalisation et l’exclusion y existent sous de multiples rapports. Le parc MJK Jr. accueille des résidents d’un quartier dit  « défavorisé », mais on y rencontre aussi des individus qui résident ailleurs à Montréal, et qui s'y rendent pour profiter de la panoplie de services offerts. Il y a aussi des jeunes enfants qui viennent profiter de la piscine et des jeux. Autour des tables se retrouvent des vieux amis, ou tout simplement des passants qui partagent des discussions. À toute heure de la journée on peut y rencontrer des gens qui viennent profiter de l’accalmie et de la fraîcheur du parc. 

Pour les habitués de l’endroit, ce qui compte c’est avant tout que tous se sentent chez eux, loin des préjugés, des catégorisations sociales et des étiquettes préconçues. Un endroit paisible où se côtoient des gens avec un background social, ethnique et culturel très diversifié, des parcours de vie distincts et des perspectives très divergentes, mais partageant tous un sentiment d’appartenance très fort envers leur quartier.  Le parc, les rues, la Plaza, la bibliothèque, les organismes, participent à forger cette collectivité. Pour la très grande majorité des participants aux ateliers, nulle envie d’aller vivre ailleurs, et comme le dit si bien l’un d’eux; Côte-des-Neiges est un “lieu d’être”.   Sur le terrain de la médiation, on roule notre bosse habituelle. Nos ateliers prennent la forme de mini-cercle de discussion autour de la vie dans le quartier. Généralement, on échange sur leur perception face aux transformations dans l’espace urbain, l’insalubrité grandissante et l’augmentation du prix des logements, la prolifération des condos qui menacent de les sortir du quartier, etc... On a pu aussi recueillir des témoignages de résistance. Des gens qui, malgré les défis, se battent pour vivre dans ce qu’ils considèrent comme leur « lieu d’être ».  

On a aussi eu l’occasion de stationner notre Van au parc Nelson Mandela, situé au nord-ouest du quartier, près de la station Plamondon, dans un secteur plus résidentiel. L’ambiance s’apparente généralement à celle que l’on retrouve à MLK Jr., par contre la clientèle diffère énormément. On y rencontre beaucoup de familles, des résidents des appartements qui environnent le parc. Pour se rendre au point de chute où on installera le matériel de médiation, on doit traverser le parc en entier. On passe donc devant un terrain de soccer vide – qui ne le restera pas longtemps -, des jeux d’eau, habités d’une ribambelle d’enfants du quartier et de leurs mères attentives, discutant parfois entre elles, ou alors profitant de ce doux moment de répit. Les tables de pique-nique disposées à l’orée du parc sont des îlots de discussions entamées semble-t-il depuis un bon moment déjà.  

Peu de gens nous regardent. La curiosité ne se réveille pas malgré les livres que nous disposons avec modestie sur un bloc de béton à l’entrée du parc Nelson Mandela. Que se va-t-il se passer ?  Ducakis choisi de laisser le naturel guider la médiation, et on attend alors les participants avec une posture et des regards accueillants. Une mère et son enfant viennent à la recherche d’histoire sur les animaux.  

Attente. J’observe deux hommes, posés sur une table à pique-nique non loin de nous et le rythme tranquille de leur conversation m’indique qu’ils seraient probablement enclins à nous y intégrer. Alors on y va !  

Tout comme on a l’impression parfois d’être attendus au parc MLK Jr., on a eu l’impression d’être un élément déclencheur au parc Nelson Mandela, pour ces deux amis qui partagent leur quotidien, et avec qui on a pu démarrer une discussion des plus dynamiques sur le quartier Côte-des-Neiges lui-même.  

S’ils pouvaient décrire Côte-des-Neiges, comment s’y prendraient-ils ? Comme bien d’autres personnes du quartier, l’un des participants aborde les enjeux de logements, les prix à la hausse, les changements de propriétaires qui se produisent au détriment des locataires. Ces deux participants sont aux antipodes : l’un d’eux libère sa parole comme s’il n’attendait que cette opportunité pour aborder les sujets qui le tracassent, et l’autre l’écoute attentivement, hochant de la tête en signe d’accord. Ce qu’il aime à Côte-des-Neiges, c’est le calme : il y a des espaces pour se reposer, à toutes heures de la journée. Aussi, la variété de l’offre dans les magasins lui permet de retrouver des produits alimentaires de son pays d’origine, par exemple.  

Et la diversité à Côte-des-Neiges, comme dans ce parc où nous discutons, comment la perçoivent-ils ?  Les gens parfois se côtoient sans aucun problème, même parlent ensemble. D’autre fois, pas du tout. En gros, c’est naturel, rien n’est forcé, ni idéalisé. 

On sert la main des participants en les remerciant pour leur partage, et on quitte le parc. En repassant devant le terrain de soccer anciennement vide lors de notre arrivée, Ducakis ne peut s’empêcher d’être interpellé par ce dont nous sommes témoins : une partie de soccer composée d’enfants du quartier. Ainsi, de jeunes juifs hassidiques passent le ballon à des jeunes arabo-musulmans, qui font équipe avec des enfants de descendance africaine, le plus naturellement du monde. L’objectif ici est de jouer.    

La médiation et le milieu de vie ordinaire    

Au terme de nos escales dans ces deux parcs, il est reste peut-être quelques bribes de conversations, des observations qui pourraient nourrir le début d’une réflexion sur la médiation interculturelle, tout au moins sur le terrain dans le contexte de diversité ethnoculturelle. Comme par exemple l’accueil, qui semble être très distinct en comparaison avec d’autres environnements. Ici, la familiarité est la clef, on est rapidement inclus dans les interactions, dans les conversations.  

Les milieux de vie ordinaires comme les parcs qu’on a visités à Côte-des-Neiges permettent de réfléchir sur la diversité à Montréal dans un contexte plus large. Cette brève expérience dans le quartier nous a permis d’en discuter par ailleurs avec les participants. Ainsi, c’est en se basant sur les paroles d’un résident de Côte-des-Neiges que nous pouvons voir la diversité, d’une part, comme menant parfois à des vies parallèles, c’est-à-dire que les gens se côtoient, sans jamais entrer en réel contact, mais sans créer de problèmes non plus. Les tables dispersées dans le parc Nelson Mandela le représentent bien, chacune étant occupée par un groupe différent, d’appartenance peut-être, et une cohabitation tranquille émerge de cet éparpillement de groupes. Le participant nous pointe d’ailleurs du doigt ces tables, une à une, alors qu’il parle de la mixité dans le quartier. D’autre part, cette même diversité peut aussi mener à de réelles interactions, au-delà du rapport à la différence : la partie de soccer au parc Nelson Mandela serait le meilleur exemple.  

Dans tous les cas, cette diversité bien présente et nommée par les participants comme l’une des caractéristiques de leur propre quartier amène une familiarité avec l’altérité culturellement différente et génère peu à peu chez chacun de nous une vision de Montréal plus fidèle à ce qu’elle est vraiment : une ville diversifiée, interculturelle.   

Je dirai que cette ouverture à autrui demeure l’une des premières caractéristiques que le médiateur peut observer sur le terrain de diversité ethnoculturelle. Dans nos ateliers, les participants insistaient sur la notion que leur quartier représentait le Montréal multiculturel, comme l’explique l’un de nos participants « dans le quartier ici, tous les gens se côtoient, on est tous différents, mais on se parle, on entretient des relations, sur la table [la table du Parc MLK Jr.], il y a des jamaïcains, des canadiens, des pakistanais, mais ça ne change rien, ce qui compte c’est nos relations ». Dans cette perspective, on comprend mieux l’immédiateté des rapports de familiarité nécessaires à l’approche interculturelle de la médiation, c’est-à-dire que ces gens côtoient quotidiennement la différence, faisant d’elle un élément intrinsèque à leur milieu. Ainsi la figure de l’autre, peu importe la forme qu’elle prend, que ce soit dans la personne du médiateur ou de l’agente de recherche, est toujours familier.  

À travers ces échanges, et en y réfléchissant par la suite, une impression demeurée en arrière-plan se dégage de ce moment de médiation au parc Nelson Mandela : on s’est sentis déstabilisés. Il s’agissait d’un nouvel endroit qu’on explorait avec la Van Exeko. Sans connaissances ni du coin du quartier, ni des organismes autour, ni des gens qui fréquentent le parc.  

Impossible alors de stigmatiser, de coller des étiquettes, de prévoir quoique ce soit.  

Et si... c’est justement ça qui avait donné la force à cet atelier de médiation ? Une ouverture à la surprise, une obligation de passer par le naturel pour déclencher la discussion. Un travail d’adaptation qui a influencé la posture dans cet atelier de médiation.  

Le sentiment de faire de la médiation en contexte de diversité ethnoculturelle est partagé. En se remettant en question au niveau de ce ressenti, émerge une réflexion à propos de ce type de médiation. Ainsi, bien que la médiation soit réfléchie en amont, la déstabilisation par le contexte et la nouveauté a renvoyé cette fois aux capacités plus relationnelles dans la médiation comme l’écoute, l’empathie, la vulnérabilité, le respect, l’authenticité, la curiosité, qui nous semblent encore davantage nécessaires en contexte de diversité, là où l’altérité culturellement différente se présente.  

La diversité appelle ainsi l’accueil dans la médiation de manière naturelle, donnant cette impression de faire de la médiation sur un autre plan, celui de l’interculturel, où la notion du “pont” prédomine plus qu’à l’habitude. Un pont entre les formes de diversités présentes en atelier, un pont construit par le médiateur, mais aussi incarné et réfléchi par lui.  

En somme, ces réflexions ne doivent pas être considérées comme étant une typologie des compétences de médiation interculturelle. Ce que Frédérique et moi avons réalisé, c’est la nécessité d’adopter une certaine posture, qui nous semble particulière au contexte de diversité ethnoculturelle. La notion d’accueil et l’importance de la familiarité au-delà des différences, nous permettent de pouvoir naviguer dans ces milieux de vie ordinaires, en tant que médiateur et figure externe.  

Ducakis et Frédérique

Photo © Danielle Aznavourian

 En été, la Forêt Urbaine du musée McCord revêt sa parure jaune et blanche. Diverses activités y sont programmées. Tous les mercredis du mois de juillet, un événement en partenariat avec Exeko anime la rue Victoria. Ce sont les rendez-vous 5@7 PoP-Up à saveurs philosophique et culturelle proposées par des médiateurs d’Exeko et du musée McCord autour des collections éducative et de photographie du musée. D’une semaine à l’autre, des questions sont posées sur l’histoire de la photographie, la production d’images ouvrant des pistes de réflexion sur l’authenticité des médiums, le progrès technologique, la représentation de la photo dans nos vies.

Retour sur les trois premières rencontres 

Mercredi 3 juillet   

C’est la première sortie de l’équipe d'Exeko conjointement avec celle de médiation culturelle du musée Mc Cord, l’ambiance est fébrile et l’énergie contagieuse. Muni.e.s d'un stéréoscope, Mathieu et Jérôme, médiateurs de la caravane philosophique idAction Mobile et Fanny, médiatrice culturelle au musée Mc Cord, arpentent les alentours du musée à la rencontre de participant.e.s. Ils croisent M. et ses amis. L’étrange instrument datant du 19ème siècle, séduit d’emblée. Il permet de visionner des stéréogrammes - un assemblage côte-à-côte de deux photographies, qui en fusionnant donnent l’illusion du relief.  L’ancêtre de la photographie tridimensionnelle ! (3D). C’est ouf ! Wow !   

Les photographies tirées de la collection Photographie du musée, en particulier celle du photographe William Notman, font voyager dans le temps à travers l’époque victorienne. Des vues de villes du Canada défilent sous leurs yeux émerveillés.   

La photo est un prétexte à la rencontre, et de cet émerveillement naissent des discussions sur le progrès technologique, son rapport à l’authenticité, notre intimité dévoilée au quotidien.   

Les médiateurs, invitent M. et ses amis, à visiter le musée. Là maintenant. Des cocardes d’accès leur sont offertes. Sous leurs regards incrédules, M. qui aime la lecture, finit par emboîter le pas aux médiateurs en direction de la caravane philosophique d’Exeko stationnée à la Forêt Urbaine pour faire son choix de livres.   

La visite au musée sera pour plus tard. Aujourd’hui, “ça ne fitte juste pas”. Il s’en va avec des magazines du National Geographic sous les bras.  Il sait qu’il peut revenir et que le musée l’accueillera tel qu’il est.  

Autour de la van, des visiteurs de tous horizons s’interrogent sur sa belle présence. Que font les médiateurs d’Exeko, qu’est-ce que la caravane philosophique ? Un monsieur s’avance et nous dit :

-       “Je viens vous voir et puis visiter le musée. J’ai entendu parler de la caravane dans les médias.”   

Quel inattendu et stimulant brise-glace !

Touristes d’Espagne ou de France, entre amis, ou solo, travailleurs du quartier, passants montréalais ou visiteurs sortant du musée, ils s’arrêtent, scrutent curieusement les battants ouverts de la van, transformés en bibliothèque. Nous discutons autour du stéréoscope et de la photographie Polaroïd. Celle qui fixe l’instantané.  

 Qu’est-ce qui rend une photographie unique ?

-       Celle qui représente la famille, celle du registre de l’intime.

Il est 19 heures, à l’ombre de la Forêt, les équipes débriefent.   Cette première sortie, fait prendre conscience encore une fois, que l’accessibilité aux institutions culturelles ; musées, théâtres, salles de concert, galeries d’art,... est un enjeu pour les personnes marginalisées et à risque d’exclusion. En adoptant une posture inclusive, la ville devient plus humaine et la culture un droit pour tou.t.e.s. Nous sommes tou.te.s des acteur.rice.s de cette posture.  

Le musée comme tous les mercredis est ouvert jusqu’à 21 heures.  Ce soir, dix autres participant.e.s rencontrés dans la rue auront poussé la porte du musée Mc Cord.  

La magie des rencontres, fixe dans nos regards, l’image d’un instant lumineux.

Mercredi 10 juillet   

Les rencontres reprennent avec le binôme de médiateurs, Jérôme d’Exeko et Maud, du musée Mc Cord, accompagnés de Frédérique, agente de recherche à Exeko.

Sur le tableau de la van, deux questions interpellent les passants : 

Qu'est-ce qui est plus authentique ; le numérique ou le Polaroïd ? 

    -    L'authenticité est en lien avec ce qui nous interpelle selon notre époque et notre génération - un participant dans la rue


    -    The Kodak ! There is no magic such as a black and white photography . No need for colours ! - Luiz, un photographe du Brésil


    -    De toutes les photos numériques, je choisis LA SEULE photo AUTHENTIQUE - un passant montréalais  

Es-tu Numérique ou Polaroïd ? 

Intéressant de noter les réponses d’une génération à l’autre :

    -    It’s hard to say !  - Deux étudiants de l’université Concordia


    -    Definitely digital photography ! -  Une dame dans la soixantaine


C’est sur une note d’espérance, un appel au progrès humaniste, que nos discussions prennent fin :

    -    Let’s hope for something more instant and authentic - une immigrante


La magie a encore une fois opéré autour du musée et de la van idAction Mobile, en créant “un espace d’échanges égalitaires” entre citoyen.ne.s ou visiteur.se.s et les populations marginalisées pour combattre l’exclusion.

Mercredi 17 juillet  

Et de trois.  Pour cette troisième sortie, Marc-André, médiateur au musée Mc Cord se joint à Jérôme et Frédérique, qui continue sa recherche sur le terrain.

La van comme à l’accoutumée, portes grandes ouvertes, est au rendez-vous. 

L’équipe s’installe à l’orée de la Forêt Urbaine, sur la rue Sherbrooke, pour se rapprocher davantage des passants et participants. 

Sur une feuille trône la question du jour : La photo numérique offre-t-elle une représentation idéalisée du monde ?” 

Serait-ce un NON - OUI - AVIS MITIGÉ ou AUTRE ? 

Chaque catégorie est représentée par une couleur. Evidemment, toutes les réponses sont bonnes. Il s’agit encore une fois de réveiller le potentiel réflexif de chacun.e.

Peu à peu, la feuille blanche se couvre de Post-it.

Une étudiante à McGill, argumente en français - pour pratiquer - en se basant sur un fait vécu : “La photo idéalise et ne reflète pas le vrai visage de la personne : je pense à une personne en particulier, qui affichait un merveilleux sourire sur une photo mais une fois en contact avec elle, la réalité était autre, car celle-ci n’était pas aussi chaleureuse et joyeuse que la représentation de son image”.

Les avis s’enchaînent : 

    -    Tout dépend du regard qu’on y met


    -    Qu’est-ce qu’idéaliser ? Il existe aussi un idéal de la laideur…


En visionnant les images stéréoscopiques, un participant s’exclame :

    -    Oldies are fancy they last longer !


Comme par magie, je croise les deux étudiants de l’université Concordia rencontrés le mercredi passé, et comme rien ne se perd dans les réflexions échangées d’une semaine à l’autre, nous proposons aux passants de piger des citations-réflexions émises par des participants lors des ateliers de médiation précédents :

    -    Le vrai progrès est de repartir à zéro. 


Ce qui fait réagir une visiteuse originaire de Rivière-du-Loup: “Repartir à zéro est un aveu d’échec !” Et bam ! 

À Exeko, nous apprécions, le brassage d’idées. La sollicitation de l’intelligence collective. D., un brin sceptique quant à la destination finale des réflexions collectées, se prête conquis au jeu, lorsque je lui fait part de la mission et “présomption des égalités des intelligence”, la posture éthique d’Exeko.

Ainsi repart D., l’esprit nourri de ces échanges entre inconnu.e.s et découvertes d’instruments photographiques tels les Rolleiflex et stéréoscope des siècles derniers.

Vivement mercredi prochain !

Le prochain 5@7 aura lieu le 14 août, dans les wagons de MR-63!

_____

Rédaction : Danielle Aznavourian

Crédit photos : Danielle Aznavourian et le Musée McCord

Pour plus d’information sur idAction Mobile, c’est ici  

Fidèle au rendez-vous depuis  2012, Exeko s’est posé place Emilie Gamelin, pour célébrer les visages de la différence avec l’organisme Sans Oublier le Sourire, organisateur pour la treizième année consécutive, du rassemblement festif « Différents comme tout le monde », ceci dans le cadre de la Semaine québécoise des personnes handicapées. Une célébration en musique, danse, jeux et activités diverses par et pour les personnes ayant un handicap physique ou intellectuel. Un événement qui souligne l’importance de « défier l’indifférence » et de sensibiliser le public à l’inclusion sociale et à la diversité. 

Faire tomber les masques. Comment ? En célébrant les visages de la différence par la créativité et la réflexion critique.

Deux tables basses, des bancs, des livres, une « marelle de la différence », des livres, un arbre à vœux à garnir des souhaits de chacun.e pour une ville inclusive et accueillante, des poèmes collaboratifs à composer dédiés à Montréal, des feutres et crayons de couleur et…des masques prêt-à-colorier.

C’est tout naturellement que les participants à la fête se sont appropriés l’espace où Jose et Ducakis, deux de nos médiateurs, s’étaient installés :

« On s’est fait approprié par les gens » clament-ils.

- Avec eux l’espace prend vie et « se laisse exister ».
   Un, puis deux, puis trois…Voilà que les masques s’arrachent et font briller de mille étincelles les yeux des participant.e.s.   J.13 ans, raconte tout en dessinant sur son masque, qu’il aime la robotique et qu’il regrette que le programme ait été supprimé dans son école. "Ils sont bleu-vert" précise-t-il en parlant de ses yeux. Il rit comme seuls les rescapés de la vie savent le faire. Comme si rien n’était plus à craindre. Et pourtant. « À l’hôpital, on m’a surnommé "The King".»  Il y a de quoi. « J’ai deux tiges métalliques : je souffrais mais j’ai toujours gardé le sourire ». Il rit. Le Roi Illuminateur. Quelle rayonnante innocence et sacrée source d’inspiration.

À Montréal, il dédie ces vers (extraits) :  

Montréal veut être mieux 

Mais elle ne veut pas être polluée

Car Montréal est une belle ville

Puis, elle aspire à beaucoup de personnes  

Montréal ne veut pas que la nature soit détruite

Car ses citoyens travaillent fort pour la protection de la Terre

Puis, elle rêve GRAND

Un groupe de jeunes percussionnistes arrive. Les 3DOUMS de l’école secondaire Louis-Riel. Ils sont là « parce que c’est important ». « On se sent tous égaux malgré la différence » et chacun.e de prendre un masque et de se lancer dans sa création artistique.   Une jeune des 3DOUMS  confie : « Le monde ne tourne pas assez, il faut tourner davantage ». Et joignant le geste à la parole, elle se lève rieuse et esquisse une pirouette.  

Ensemble, ils composent  ce poème (extraits) :

Ma ville est spéciale

Elle n’est pas cannibale

Montréal est en travaux !  

Montréal veut être terminée

Mais elle ne veut pas être une ville de compétition

Car Montréal est vivante, originale, énergétique

Puis, elle aspire à être une ville multi-ethnique

Edon, ami d’Exeko, nous dédie son masque et compose une ode à Montréal :

Montréal

est une histoire 

qui fait rougir les temps

Elle rime 

à la clarté du temps

La fête bat son plein et l’espace Exeko ne désemplit pas. Une ribambelle de petits bouts de chou arrivent avec leurs éducatrices.Elles sont aussi aux petits soins d’un de leur camarade à besoins spécifiques. Celles-ci amusées se prêtent, entre deux pauses, au jeu de la poésie alors que la marmaille prend d’assaut masques et crayons de couleur :  

- Moi je veux un masque soleil ! 


-  Et moi un masque tout bleu comme le ciel et la mer !


- Avec des fleurs !


Montréal n’est pas inerte

Elle ne veut pas de malheureux

Car ses citoyens travaillent fort pour eux

Puis, elle rêve à ce qui se fait de mieux    

Qui dit mieux, lorsqu’un groupe de femmes anglophones accompagnées par leur intervenante se joignent à nous et armées de leur sourire, sans mot dire, s’approprient le matériel de dessin.  L’art a encore une fois bâti des ponts, au-delà de la différence linguistique.   Quelle douce chose que d’être conquis par les visages et les coeurs des participant.e.s de la journée.

Il faut davantage de la différence pour faire tourner le monde.

-----

Rédaction : Danielle Aznavourian en collaboration avec Jose Fucas et Ducakis Desinat

Crédit photos : Jose Fucas

Photo © Danielle Aznavourian

Des critiques désaltérantes.  

Dans une chaleur frappante, même si elle se fait moins intense que dans les derniers jours, la caravane d’IdAction Mobile, Isabelle à son bord et moi-même sur le siège passager, partons à la rencontre des gens à différents endroits du Plateau Mont-Royal. 

Au coin des rues et à Dîners St-Louis, on jase « progrès ».  Le progrès est-il nécessairement progressiste ? Est-ce que tout ce qui est qualifié de « progrès » représente véritablement quelque chose de positif pour tous.tes ? L’eau se distribue et se boit, pour abreuver les discours des gens, qui nourrissent différents points de vue et angles d’approche du thème de la sortie. Des livres sortent de la bibliothèque mobile au passage, prétextes à d’autres discussions et à de nouvelles rencontres. Selon une définition académicienne le progrès serait un processus évolutif, vers un idéal pour l’humanité… Est-ce que ça résonne pour les participant.e.s ? On peut dire que oui, mais l’écho qui s’élève est très critique de ce que serait une progression.   

En effet, l’environnement est malmené : des tonnes de plastiques échoués dans les océans, le recyclage institué au Québec n’est même pas géré… l’humain est-il en train de se dégrader lui-même ?  Les multinationales mobilisent trop de pouvoir politique, et on observe trop peu de redistribution équitable des richesses. Les gouvernements ont-ils leur mot à dire, et si oui, comment s’y prendre pour déjouer les jeux de pouvoir inéquitables ? La technologie disloque le temps et l’espace pour le meilleur et pour le pire, l’information est devenue intangible sur nos tablettes et le corps est désormais modifiable selon les désirs personnels. Nouvelles possibilités émancipatrices ou dérapages éthiques ?  

Tant de questions et peu de réponses, le progrès est une chimère, mais il nécessite toutefois qu’on s’y attarde ! Ces réflexions, crayonnées sur la caravane pour que tous puissent lire sur son passage l’expression citoyenne, demeureront certainement dans nos têtes comme moteurs de remise en question continue.

Pages


Description de poste

 

Un peu de contexte… 

 

Exeko, après 13 années d’existence, bénéficie du soutien de partenaires publics et privés qui sont...

 

 

Nous souhaitons accueillir une personne en charge de l’administration dont les principales responsabilités seront d’...

Un article corédigé par Ducakis Désinat et Fréderique Levesque.  

Retour sur les trois premiers 5@7 PoP-Up avec le Musée McCord.

  • « Je ne suis que la courroie de transmission, je ne fais que retranscrire ce que les gens m'ont donné dans la rue. »

    Stéphane Dionne, artiste co-créateur pour métissage urbain

  • « Faire confiance et donner aux jeunes autochtones marginalisés le pouvoir de se faire comprendre et entendre…  »

    Nadia Duguay, directrice du projet

  • « On y apprend, entre autres que même si nous ne sommes qu'une infinitésimale partie de la planète, nous ne sommes pas insignifiants, on peut faire quelque chose, on peut comprendre quel peut y être notre rôle. »

    Participant en milieu carcéral

  • « Les discussions sur les sujets amenés durant les ateliers sont positives et intéressantes, l’animateur réussit à ouvrir des débats, à allumer les esprits sur des sujets importants. »

    Johanne Cooper, directrice générale, La Maison Tangente

  • « Les ateliers idAction m'ont permis de me voir autrement de celle que j'aurais du être. Et je vais le devenir.  »

    Sophie Poucachiche, participante

  • « Tel un arbre, à chaque fois que quelqu'un apprend et transmet quelque chose, y en a un autre en arrière qui va grandir »

    Jimmy, participant

  • « On a besoin de tout le monde; si on a juste des ingénieurs et des architectes, on va manger quoi? Des plans et des schémas?" »

    Tony, participant idAction

  • « Y'en a qui ont la soif du pouvoir, ben moi c'est la soif du savoir »

    Jo, participant idAction

  • « C'est un excellent programme qui permet aux enfants de connaître leurs traditions et d'accroître leurs interactions avec les aînés dans la communauté. »

    Erika Eagle, Assistante en développement social, Grandir Ensemble Waswanipi

  • « Notre objectif : Tisser des liens solides avec les communautés, travailler main dans la main, apporter notre pierre à l'édifice, et transmettre le plus que nous pouvons, en espérant que, dans l'avenir, notre programme n'ait plus sa raison d'être. »

    François-Xavier Michaux, directeur du programme

  • « On a appris à affronter nos peurs. »

    Cynthia, participante Trickster

  • « La formule ; des ateliers quasi « intensifs », pour arriver à un résultat concret en seulement 2 semaines. Une réussite dont les élèves se rappelleront toute leur vie! »

    Marie-Ève Gagnon, professeure d’Art, à propos de Trickster

  • « Collaborer avec l’équipe de Exeko a clairement amélioré la portée de nos projets. Par leur vision de la mixité et de la médiation culturelle, Exeko s’est démarqué dans leur façon de faire valoir l’intégration des personnes vivant avec une déficience intellectuelle. »

    Nadia Bastien, directrice générale AMDI

  • « Ça fait longtemps que j’ai pas été dans un évènement qui m’ai apporté autant de bonheur. »

    Un visiteur, D'un oeil différent 2013

  • « Quelle belle exposition ! Ça nous a fait rêver un peu ! J’ai appris que y’a beaucoup de personnes qui peuvent faire des œuvres magnifiques, différentes, ça nous a fait rêver »

    Un visiteur, D'un oeil différent 2013

  • « Comment te sens tu quand tu vois ta toile accrochée à un mur? Bien en dedans, c'est le fun »

    Dan, exposant à D'un oeil différent 2013

  • « Pourquoi t'aime ça peindre? J'aime ça Parce que personne peut m'enlever ça dans la tête. »

    Diane, exposante à D'un oeil différent 2013

  • « Son but? Développer le raisonnement, la pensée critique, la logique, et augmenter la participation citoyenne de ces groupes marginalisés. »

    Caroline Monpetit, Le Devoir

  • « Les gens ne pensent pas à me donner des livres alors que j'aime tellement lire! »

    Elie, participante

  • « Je m'aperçois qu'il y a beaucoup de personnes qui travaillent à faire changer les choses et les attitudes, cela me donne un peu plus confiance dans l'avenir. »

    Participant en milieu carcéral

  • « Cet espace de savoir, nourrissant l’esprit et la créativité, ainsi que l’ouverture qu’offre idAction sont tout à votre honneur. »

    Louise Chabot, Présidente CSQ

  • « J'ai appris que 80% des richesses de la planète sont détenues et gaspillées par 20% de celles-ci, [...] qu'un rire est universel et qu'il met un baume sur les souffrances de quiconque, [...] qu'il y a des gens qui souffrent et que je peux à ma manière les aider. »

    Participant en milieu carcéral

  • « La caravane d’Exeko, qui distribue des livres, des cahiers et des crayons aux itinérants de Montréal, et plus particulièrement aux itinérants autochtones, sillonne les rues de Montréal, pour faire jaillir la participation culturelle de ces exclus de la société. Avec des résultats franchement étonnants. »

    Caroline Monpetit, Journaliste, Le Devoir

  • « Vous donnez le goût aux gens d'avoir des idées... »

    Participant, idAction Mobile

  • «  Pourquoi ne restez-vous pas ici pour toujours ? »

    Nathaniel, participant, Trickster

  • « Depuis que vous êtes là, les jeunes rient, et il y en a même qu’on n'avais jamais vu sourire qui sourient maintenant. »

    Directrice d'une école partenaire

  • « Es-tu un artiste? -Oui - Pourquoi? - Parce que j'aime »

    Gilles Grégoire, artiste, en réponse à notre médiatrice

  • « On a notre style, notre marque de commerce. On fait les choses différemment des autres. »

    Guillaume Lapierre, artiste exposant à D'un oeil différent 2013

  • « J’ai dessiné en t’écoutant, comme écouté de la musique. J’ai adoré. Je suis passée par beaucoup de stades, comme ton histoire. »

    Soufia Bensaïd à Edon Descollines, duo d'artistes Tandem Créatif 2013

  • « Exeko met en place des solutions créatives à différentes problématiques, donne une voix aux sans voix et de l'espoir aux plus démunis. »

    Bulletin des YMCA

  • « C'est terrible pour une société d'ignorer des gens avec un talent pareil! »

    Hélène-Elise Blais, les Muses

  • « C'est terrible pour une société d'ignorer des gens avec un talent pareil ! »

    Hélène-Elise Blais, les Muses

  • « L'art a l'avantage de permettre [de] parler [de déficience intellectuelle] en termes de capacité plutôt que de limitation. »

    Delphine Ragon, Directrice des programmes communautaires aux Compagnons de Montréal

  • « On voit [...]depuis quelques années plus de productions de grande qualité avec des personnes ayant une déficience intellectuelle qui sont des artistes à part entière. »

    Julie Laloire, Agente de sensibilisation à l'AMDI

  • « C'était un moment inoubliable : je suis tellement reconnaissant... »

    Larry, participant

  • « Merci de parler avec moi! Aujourd'hui je me sentais complètement seule, personne ne me parlait. »

    Eva, participante

  • « Nous sommes vraiment heureux de conjuguer nos actions à celles d'Exeko; nous avons ainsi l'assurance que la jeunesse autochtone en bénéficiera de façon significative.»
    Marie-Josée Coutu, Présidente de la Fondation Marcelle et Jean Coutu
  • « J'ai toujours été imprégnée du désir de justice sociale et je croyais ne pas avoir de préjugés...mais je dois dire que mon expérience chez Exeko a transformé ma vision des personnes en marge.»
    Muriel Kearney, bénévole depuis septembre 2015
  • « Je ne suis que la courroie de transmission, je ne fais que retranscrire ce que les gens m'ont donné dans la rue.»
    Stéphane Dionne, artiste co-créateur pour métissage urbain
  • « I don't know everything, but while reading it, it always bring me one step closer»
    A participant, idAction Mobile
  • « Pourquoi t'aime ça peindre? J'aime ça Parce que personne peut m'enlever ça dans la tête.»
    Diane, exposante à D'un oeil différent 2013
  • « Comment te sens tu quand tu vois ta toile accrochée à un mur? Bien en dedans, c'est le fun»
    Dan, exposant à D'un oeil différent 2013
  • « Quelle belle exposition ! Ça nous a fait rêver un peu ! J’ai appris que y’a beaucoup de personnes qui peuvent faire des œuvres magnifiques, différentes, ça nous a fait rêver»
    Un visiteur, D'un oeil différent 2013
  • « Ça fait longtemps que j’ai pas été dans un évènement qui m’ai apporté autant de bonheur.»
    Un visiteur, D'un oeil différent 2013
  • « Collaborer avec l’équipe de Exeko a clairement amélioré la portée de nos projets. Par leur vision de la mixité et de la médiation culturelle, Exeko s’est démarqué dans leur façon de faire valoir l’intégration des personnes vivant avec une déficience intellectuelle.»
    Nadia Bastien, directrice générale AMDI
  • « La formule ; des ateliers quasi « intensifs », pour arriver à un résultat concret en seulement 2 semaines. Une réussite dont les élèves se rappelleront toute leur vie!»
    Marie-Ève Gagnon, professeure d’Art, à propos de Trickster
  • « On a appris à affronter nos peurs.»
    Cynthia, participante Trickster
  • « Notre objectif : Tisser des liens solides avec les communautés, travailler main dans la main, apporter notre pierre à l'édifice, et transmettre le plus que nous pouvons, en espérant que, dans l'avenir, notre programme n'ait plus sa raison d'être.»
    François-Xavier Michaux, directeur du programme
  • « C'est un excellent programme qui permet aux enfants de connaître leurs traditions et d'accroître leurs interactions avec les aînés dans la communauté.»
    Erika Eagle, Assistante en développement social, Grandir Ensemble Waswanipi
  • « Y'en a qui ont la soif du pouvoir, ben moi c'est la soif du savoir»
    Jo, participant idAction
  • « On a besoin de tout le monde; si on a juste des ingénieurs et des architectes, on va manger quoi? Des plans et des schémas?"»
    Tony, participant idAction
  • « Tel un arbre, à chaque fois que quelqu'un apprend et transmet quelque chose, y en a un autre en arrière qui va grandir»
    Jimmy, participant
  • « Les ateliers idAction m'ont permis de me voir autrement de celle que j'aurais du être. Et je vais le devenir. »
    Sophie Poucachiche, participante
  • « Les discussions sur les sujets amenés durant les ateliers sont positives et intéressantes, l’animateur réussit à ouvrir des débats, à allumer les esprits sur des sujets importants.»
    Johanne Cooper, directrice générale, La Maison Tangente
  • « On y apprend, entre autres que même si nous ne sommes qu'une infinitésimale partie de la planète, nous ne sommes pas insignifiants, on peut faire quelque chose, on peut comprendre quel peut y être notre rôle.»
    Participant en milieu carcéral
  • « Faire confiance et donner aux jeunes autochtones marginalisés le pouvoir de se faire comprendre et entendre… »
    Nadia Duguay, directrice du projet
  • « Son but? Développer le raisonnement, la pensée critique, la logique, et augmenter la participation citoyenne de ces groupes marginalisés.»
    Caroline Monpetit, Le Devoir
  • « Les gens ne pensent pas à me donner des livres alors que j'aime tellement lire!»
    Elie, participante
  • « Merci de parler avec moi! Aujourd'hui je me sentais complètement seule, personne ne me parlait.»
    Eva, participante
  • « C'était un moment inoubliable : je suis tellement reconnaissant...»
    Larry, participant
  • « On voit [...]depuis quelques années plus de productions de grande qualité avec des personnes ayant une déficience intellectuelle qui sont des artistes à part entière.»
    Julie Laloire, Agente de sensibilisation à l'AMDI
  • « L'art a l'avantage de permettre [de] parler [de déficience intellectuelle] en termes de capacité plutôt que de limitation.»
    Delphine Ragon, Directrice des programmes communautaires aux Compagnons de Montréal
  • « C'est terrible pour une société d'ignorer des gens avec un talent pareil !»
    Hélène-Elise Blais, les Muses
  • « C'est terrible pour une société d'ignorer des gens avec un talent pareil!»
    Hélène-Elise Blais, les Muses
  • « Exeko met en place des solutions créatives à différentes problématiques, donne une voix aux sans voix et de l'espoir aux plus démunis.»
    Bulletin des YMCA
  • « J’ai dessiné en t’écoutant, comme écouté de la musique. J’ai adoré. Je suis passée par beaucoup de stades, comme ton histoire.»
    Soufia Bensaïd à Edon Descollines, duo d'artistes Tandem Créatif 2013
  • « On a notre style, notre marque de commerce. On fait les choses différemment des autres.»
    Guillaume Lapierre, artiste exposant à D'un oeil différent 2013
  • « Es-tu un artiste? -Oui - Pourquoi? - Parce que j'aime»
    Gilles Grégoire, artiste, en réponse à notre médiatrice
  • « Depuis que vous êtes là, les jeunes rient, et il y en a même qu’on n'avais jamais vu sourire qui sourient maintenant.»
    Directrice d'une école partenaire
  • « Pourquoi ne restez-vous pas ici pour toujours ?»
    Nathaniel, participant, Trickster
  • « Vous donnez le goût aux gens d'avoir des idées...»
    Participant, idAction Mobile
  • « La caravane d’Exeko, qui distribue des livres, des cahiers et des crayons aux itinérants de Montréal, et plus particulièrement aux itinérants autochtones, sillonne les rues de Montréal, pour faire jaillir la participation culturelle de ces exclus de la société. Avec des résultats franchement étonnants.»
    Caroline Monpetit, Journaliste, Le Devoir
  • « J'ai appris que 80% des richesses de la planète sont détenues et gaspillées par 20% de celles-ci, [...] qu'un rire est universel et qu'il met un baume sur les souffrances de quiconque, [...] qu'il y a des gens qui souffrent et que je peux à ma manière les aider.»
    Participant en milieu carcéral
  • « Cet espace de savoir, nourrissant l’esprit et la créativité, ainsi que l’ouverture qu’offre idAction sont tout à votre honneur.»
    Louise Chabot, Présidente CSQ
  • « Je m'aperçois qu'il y a beaucoup de personnes qui travaillent à faire changer les choses et les attitudes, cela me donne un peu plus confiance dans l'avenir.»
    Participant en milieu carcéral